Copyright 2020 - FEDJF - Mentions légales
          

26/10/20 Communiqué - Organisation Covid-19 - La seconde vague étant statistiquement établie, la FEDJF indique ou confirme les recommandations organisationnelles minimales utiles à mettre en place/renforcer, tout en rappelant que le pire n'est jamais certain, soit en appelant à garder son calme.

Même si nous regrettons vivement la disparition, au profit de considérations psychiatriques dangereuses, des chiffres distinguant les réanimations invasives ou non invasives, toujours pas rétablis dans les publications nationales Santé Publique France, malgré les nombreux signalements publics que nous décidons en conséquence de publier officiellement sur ce site - voir ICI (en cours de publication, disponibles mardi 27 au plus tard dans la soirée)-, les chiffres, dont certains sont présentés ICI, établissent depuis ce Week-end une seconde vague statistique. Personne ne sait exactement comment cela va se traduire, mais si on considère le pire des cas, les éléments estimés lors de la première vague, indiquant que 5% des contaminés pourraient faire des formes très graves, et une mortalité de 0,5%: cela établit la nécessité d'organiser les choses de façon à gérer par anticipation ce scénario, partout où c'est possible, sans disproportion.

En effet le pire n'est jamais certain: nous pourrions découvrir à l'occasion de cette seconde vague que finalement la mortalité est bien plus faible, et les cas bénins beaucoup plus nombreux qu'imaginés; donc il faut donc garder son calme et rester rationnel. Les chiffres des contaminations communiqués par Santé publique France, ont atteint environ 50 000 par jour ces derniers jours, et donc statistiquement, naturellement cela inquiète si on se base sur les estimations précitées de la première vague; par précaution, il convient d'aménager certaines choses, sans paniquer, et sans arrêter la vie sociale et économique, mais en organisant, chacun à notre échelle, ce que nous pouvons faire pour limiter cette hausse, et surtout ainsi protéger les plus fragiles.

Ceux qui sont exposés aux transports en commun, a fortiori si c'est quotidiennement ou hebdomadaire, ou ceux qui fréquentent des groupes de personnes régulièrement ou dans leurs fonctions, sont fortement invités à télécharger l'application Tous anti Covid - voir le site du Gouvernement ICI.

A l'instar des préconisations faites dès le 16/09/20, voire infra ICI, de mémoire suivies fin septembre/début octobre par le Gouvernement qui a demandé une limitation pour tous les étudiants, par jauge à hauteur de la moitié des capacités des amphithéâtres, il faut dorénavant diviser à nouveau par deux cette jauge déjà réduite, et privilégier l'enseignement à distance, avec un présentiel en roulement limité à 1 semaine sur 3 par exemple;

et, nous avions déjà relayé les appels à rétablir le télétravail, dorénavant il nous faut recommander aussi officiellement le télétravail autant que possible, et au minimum à hauteur de 3 jours par semaine pour les cadres;

Enfin, vu les chiffres en ESMS (voir infra ICI), il faut renforcer les mesures barrières et la protection des plus fragiles, en ESMS, et sans reproduire les erreurs commises lors de la première vague par un isolement trop préjudiciable; d'une part il s'agit en particulier de renforcer les gestes barrières et prévoir l'utilisation de protections sanitaires supplémentaires, par le personnel ESMS qui apparaît très contaminé selon les chiffres; et la transmission élevée aux résidents, peut s'expliquer de ce fait; d'autre part, il faut rétablir le système de visites en SAS/salons sanitaires mais sans limitation de fréquence (ce qui implique une organisation de toutes les salles possiblement transformables à cet effet, en ESMS).



Graphiques et données épidémiologiques publiés le 22.10.2020 par Santé Publique France, arrêtés au 17 ou 20 octobre, issus des données des réseaux ESMS.