Copyright 2020 - FEDJF - Mentions légales
          

27/10/20 Communiqué - Stratégie & Organisation Covid-19 - La seconde vague étant confirmée, la FEDJF indique des recommandations organisationnelles minimales supplémentaires, tout en rappelant que les décisions doivent être proportionnées, et la Loi cadre de l'Etat d'urgence, respectée, en ses dispositions sur l'accès aux données de santé.

Les chiffres, ces 7 derniers jours, depuis ceux présentés ICI arrêtés au 20/10/20, établissent une détection très élevée et progressive, atteignant un pic pendant le Week-end, qui n'est que faiblement descendu, ce jour à 33 417 cas positif en 24h (voir infra ici), ce qui reste élevé. Nous avons atteint un nombre de décès journaliers qui correspond à celui de la grippe en période d'épidémies les plus meurtrières; selon les estimations (provisoires, tirés de chiffres de la première vague alors que les tests étaient très peu accessibles, ce qui peut biaiser l'analyse en faisant paraître la situation plus grave qu'elle ne l'est), le virus du covid-19 pourrait tuer deux à cinq fois plus (selon le scenario le plus optimiste et celui le moins optimiste, l'âge et la santé) les personnes âgées, ou atteintes de comorbidités, comparé à la grippe; et 5 fois moins les enfants, que la grippe; ce, selon ce que l'on a observé raisonnablement au travers des chiffres publiés.

Quoi qu'il en soit il faut donc garder son calme et rester rationnel. Arrêter la vie sociale et économique, a des conséquences extrêmement graves sur la vie des Citoyens. Nous sommes 67 millions de Citoyens. Chacun doit s'organiser au mieux, tout doit être fait pour faciliter cette organisation sanitaire, au mieux, mais les individus sont responsables. C'est aussi à chacun de se protéger. Le rôle de l'Etat se limite à poser des règles qui ne soient pas préjudiciables pour les 67 millions de Citoyens (maintenir les services publics, ne pas fermer les écoles, ne pas arrêter l'économie), indemniser ceux qui seront impactés, et organiser les ressources humaines, les équipements et matériels, nécessaires pour accueillir les malades et les soigner, fournir les équipements aux médecins et personnels soignants et ESMS, et encadrer les prix des masques et gel hydroalcoolique. Il ne peut pas, et ne doit pas, se substituer à chaque individu adulte, qui doit être responsable et se protéger, comme protéger les autres. Les enfants, sauf cas de fragilité, ne sont touchés par ce virus que de façon extrêmement rare selon les chiffres connus de la première vague. Les enfants meurent plus de la grippe, que de ce virus, selon les dits chiffres.

Outre les recommandations minimales faites hier ICI, et dont le renforcement est aussi souhaitable dans les grandes villes ou villes denses, il paraît utile d'envisager de nouvelles modalités pour faire baisser la circulation du virus. Et un reconfinement allégé, peut tout à fait s'entendre, s'il s'agit de freiner la diffusion du virus, pendant une durée raisonnable.

En revanche, il n'est pas souhaitable que l'Etat d'urgence soit maintenu pendant 3 mois et plus, sans mécanisme de levée automatique intermédiaire, régulièrement, permettant une vérification certaine de la situation, avec l'exercice plein et entier de chaque Institution, sans abus possible de part et d'autre. Une durée de 15 jours, renouvelable tous les 15 jours, paraît plus souhaitable.
Et il serait souhaitable que ce ne soit pas systématiquement l'occasion d'une tentative pour enfreindre les droits fondamentaux des Citoyens : le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi cadre de l'Etat d'urgence, en mai, notamment en matière de données de santé et en limitant les personnes qui doivent y avoir accès, il ne faut pas la modifier à chaque fois en tentant d'enfreindre la position constitutionnelle, ce n'est pas du tout convenable, c'est même très choquant (déjà signalé voir infra ici).

-pour les enfants il est nécessaire que les écoles deumeurent ouvertes, et il est souhaitable que les collèges le restent aussi. Les chiffres sont disponibles concernant les enfants, et le risque du covid-19 pour eux y apparaît extrêmement faible; en l'état des connaissances scientifiques, si ils n'ont pas une maladie ou une fragilité particulière (diabète, ou cardio-vasculaire; voire la liste qui a dû être publiée, nous l'espérons, par le Ministre de la Santé), ils courrent plus de risque avec la grippe;

-pour les jeunes de Lycées et Universités, ils passeront facilement en télé-enseignement; le roulement proposé hier de présentiel de 1 semaine/ 3 peut être envisagé durablement en université, comme en Lycées, pendant l'hiver, ou un rythme adpaté peut être étudié pour les étudiants en première année, ou ceux en difficulté.

-limiter les déplacements dans les zones à densité élevée mais laisser les bibliothèques ouvertes et accessibles en jauge réduite, et pour ceux qui ne peuvent pas télétravailler et ceux dans la situation d'être possiblement contaminés sur leur lieux de travail, qui font leur trajet en transport en communs, il est aussi possible d'envisager d'utiliser les hôtels afin qu'ils ne s'aglutinent pas dans les transports en commun, cela éviterait les contaminations; et qu'ils soient dans un hôtel 5 jours ouvrés plutôt que, de retour au foyer chaque jour, potentiellement le contaminer aussi sans le savoir, c'est aussi plus souhaitable. C'est une idée. Les tests rapides aideraient aussi beaucoup sur les lieux de travail de tous ceux qui travaillent et ne peuvent télétravailler.

-programmer dès à présent pour les semaines et mois à venir, la réouverture provisoire du Val de Grâce, et de tout hôpital fermé, sur le territoire (si la réouverture dans des conditions sanitaires acceptables est possible), et rappeler provisoirement les médecins et soignants partis à la retraite depuis peu: c'est est une très bonne idée, formulée par M. Dupont-Aignan; nous la soutenons.

-programmer dès à présent pour les semaines et mois à venir, de dresser des hôpitaux militaires partout où c'est nécessaire, tel que ce fut demandé par des élus; nous soutenons leur demande.

-garantir aux médecins de ville les équipements de protection nécessaires: certains n'auraient pas de masques FFP2 selon le Président honoraire de la Fédération des médecins de France; si cela s'avère exact, nous soutenons cette demande.

-dans les petits villages, en zone à faible densité de population, étudier si une exception au confinement est possible. Cette demande a été formulée par des élus de villages. Nous la soutenons.

-armer les 10 000 lits de réanimation.



Bilan sommaire des chiffres, publié le 27.10.2020 par Santé Publique France, arrêtés au 27 octobre, issus des données de tous les réseaux.





Réaction au projet de Loi de prorogation de l'Etat d'urgence